Invisible et impalpable, l’air qui nous entoure propage les sons, les odeurs et la pollution. Si vous remédiez à ces problèmes, votre maison sera saine et sentira bon.

Une bonne source d’air pur est indispensable à votre bien-être – en général, la qualité de l’air à l’intérieur de la maison est identique à celle de l’air extérieur, voire pire. Quand vous rentrez chez vous, vous transportez sur vos chaussures la poussière et la saleté du dehors.

En fait, d’après le World Resource Institute (Institut des ressources mondiales), 95% du plomb et des pesticides qui se trouvent dans nos maisons y pénètrent avec nos chaussures.

Eviter la pollution de l’air

Pour filtrer l’air qui vient du dehors, faites pousser une haie épaisse entre la rue et la maison. Le feuillage absorbe une partie de la pollution et sert de barrière anti-bruit. Mais la meilleure des méthodes reste encore d’interdire les chaussures dans la maison : prévoyez près de la porte d’entrée un endroit pour les ranger et des chaussettes ou des pantoufles pour les invités.

Il faudra peut-être du temps pour que cela devienne une habitude, mais l’atmosphère sera plus saine et vous aurez moins de ménage à faire. La pollution étant plus importante dans la rue, ouvrez de préférence les fenêtres qui donnent de l’autre côté.

L’air n’y est peut-être pas pur, mais il est certainement moins pollué.

De nombreuses municipalités, aujourd’hui conscientes du danger de la pollution pour la santé, essaient de réduire la circulation dans les zones résidentielles.

Les chauffages à gaz, à charbon et à bois sont aussi des facteurs de pollution, surtout s’ils produisent des fumées : il faut empêcher ces nuisances de pénétrer chez vous. Si la maison est bien isolée et équipée d’aérateurs d’évacuation, si elle est bien entretenue, il ne devrait pas y avoir de problème.

Les combustibles qui produisent de la fumée sont dangereux, mais ceux qui n’en produisent pas sont pires car alors la pollution est invisible. Les appareils à gaz mal entretenus et mal ventilés produisent de l’oxyde de carbone qui, inhalé, peut conduire à la mort par asphyxie.

Si votre cuisine est équipée d’une gazinière, vérifiez régulièrement les systèmes d’aération pour éviter l’accumulation des gaz de combustion : oxyde de carbone et dioxyde d’azote (pour plus de sécurité, vous pouvez acheter un détecteur d’oxyde de carbone).

Le radon

Dans certaines régions, la pollution monte du sol sous la forme d’un gaz radioactif, le radon, produit de la désintégration du radium dans les roches.

Selon le SCPRI, qui en a dressé la carte, cela concerne essentiellement le granit (en Corse du Sud, dans la Creuse, la Loire, la Lozère, la Haute Vienne). Ce gaz est cofacteur du cancer du poumon. On peut s’en protéger soit en rendant le sol des caves étanche, soit en chassant le gaz dans un puits souterrain ou un vide sanitaire.

Une maison de granit doit être plutôt mieux ventilée que bien isolée. On résout la contradiction avec un extracteur basse énergie qui récupère les calories de l’air vicié évacué (et réchauffe l’air frais).

Les purificateurs d’air naturels

Au lieu d’utiliser des purificateurs fabriqués en série, gardez votre maison propre et fraîche en choisissant des meubles et des revêtements de sol non toxiques, en évitant l’humidité dans la salle de bain et la cuisine et en prohibant la cigarette dans la maison.

Pour parfumer l’air, utilisez des fleurs fraîches, des herbes et des huiles essentielles.

Les fleurs les plus odorantes sont la jasmin, le chèvrefeuille et la rose. Écrasez de la lavande fraîche, du thym et de la mélisse dans des bols que vous placerez un peu partout dans la maison. Brûler ou mélangez aux savons des huiles essentielles – santal, ambre – pour chasser les odeurs de cuisine.

Les ioniseurs

Les ioniseurs peuvent aussi être design

On trouve deux types d’ioniseurs sensés nettoyer l’atmosphère. Les plus simples chargent négativement les particules en suspension dans l’air. Les murs et les sols, en contrepartie, se chargent positivement et attirent la saleté.

Résultat : l’air est pur mais les murs sont sales. Du moins peut-on voir la poussière et l’enlever. De plus, les ions négatifs émis neutralisent les charges positives des appareils électriques de la maison.

Le deuxième type d’ioniseur, à filtre électrostatique, non seulement ionise l’air mais retient la poussière qui le traverse sur une grille chargée positivement. En principe, l’air en sort pur et neutralisé.

Il n’est pas établi que de tels appareils augmentent le bien-être, mais beaucoup d’utilisateurs ne jurent que par eux. En désespoir de cause, vous pouvez toujours emprunter celui d’un(e) ami(e), pour le tester, ou acheter un ioniseur à l’essai.

La ventilation

De nombreux spécialistes pensent que les maisons modernes sont polluées faute de ventilation. En fait c’est le contraire : peu de maisons, anciennes ou récentes, sont étanches et beaucoup sont de véritables passoires !

Dans certains bâtiments anciens, on a même le sentiment de vivre en plein courant d’air. Seuls, les bâtiments bien isolés, œuvres d’architectes écologistes, bénéficient de techniques performantes calfeutrant toutes les ouvertures.

Ces bâtiments étant peu nombreux, si votre maison est mal ventilée ou l’air malsain, la cause est à chercher du côté des matériaux, des appareils ménagers ou d’un mauvaise aération.

Les seules pièces qui nécessitent une aération plus forte sont la cuisine, la salle de bains et les toilettes. En un mot, l’idéal serait d’avoir un bon système d’aération qui chasse les odeurs, contrôle l’humidité et la pollution, tout en préservant la chaleur quand vous ouvrez les fenêtres par temps froid.

Les systèmes de récupération de chaleur peuvent aussi contribuer à améliorer l’aération de votre maison. Les maisons modernes sont équipées de conduits d’aérations qui laissent entrer l’air alors que les fenêtres sont fermées. Certains sont munis de petites lattes mobiles qui peuvent s’ouvrir ou se fermer en fonction du temps qu’il fait et de vos besoins.

une hotte est indispensable dans une cuisine

L’humidité

La condensation sur les murs, qui provient souvent d’un défaut d’aération, outre qu’elle sent le moisi, favorise les microbes, voire l’asthme et la bronchite.

Mieux vaut prendre le problème à la base, traiter la cause plutôt que l’effet. Les constructions modernes bon marché comportent parfois des défauts cachés ou des fuites. Dans les vieilles maisons, l’humidité s’élève par évaporation des sous-sols en terre battue ou lorsque le sol extérieur au pied des murs en pierre est plus étanche qu’eux (par exemple, un sol en ciment).

Si vous ne trouvez pas la cause de l’humidité, demandez conseil à un spécialiste. S’il s’agit d’une plomberie défectueuse ou de fuites dans les canalisations ou la toiture, il faut traiter le problème à la source.

Remplacez les feuilles de plastique ou de caoutchouc manquantes ou défectueuses et traitez toutes vos surfaces avec une peinture résistant à l’humidité.

Malheureusement, certains produits hydrofuges sont polluants, notamment les substances chimiques stoppant l’humidité des murs extérieurs. Le meilleur moyen, mais le plus coûteux, consiste à utiliser des matériaux traditionnels étanches, telle l’ardoise.

Et vous, quels sont vos petits truc pour assainir votre intérieur ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici